Comité départemental de Canoé Kayak de la Manche

L'eau calme

Les activités d’Eau Calme se déroulent sur des milieux plutôt fermés, en eau douce comme les lacs, les plans d’eaux, les canaux et les cours d’eau de classe 1 (se reporter au classement des rivières). Historiquement, la pratique en eau calme est née chez les Indiens ; elle se pratiquait, alors, uniquement à la pagaie simple.

La randonnée

La randonnée en eau calme est un beau moyen de découvrir les territoires. Le canoë-kayak est passé de l’aspect utilitaire (transport, déplacement) à un aspect ludique se traduisant par la multiplication de balades et de randonnées.
Matériel Des embarcations assez longues dépassant les 4,5 m et très directrices. Des caissons étanches permettent de pratiquer dans toutes les conditions avec un chargement important. Ce type d’embarcation permet de flotter et de glisser tranquillement sur l’eau calme d’un lac, d’un canal… Cela permet, sans effort physique intense, de découvrir (ou de redécouvrir) paysages, villages, vallées… et d’apprécier tranquillement les caractéristiques écologiques, biologiques, minéralogiques, archéologiques, architecturales et culturelles de la grande majorité des 25 000 km de parcours navigables en France.
Modalités de pratique En eau calme, mais aussi en eau vive et en mer, en solitaire ou en famille, entre amis ou en groupe organisé, pour quelques heures, une journée ou pour plusieurs jours, d’auberge en hôtel ou de bivouac en camping, cette forme de pratique est aujourd’hui, comme au début du 20ème siècle, l’activité la plus pratiquée.

Le Stand Up Paddle

Le Stand Up Paddle (traduction littérale : debout à la pagaie) est une activité facile d’accès et ludique.
Origine Se démocratisant depuis une dizaine d’années en métropole, le Stand Up Paddle est d’origine polynésienne. Il permet la prise de vague debout sur une grande planche avec une longue pagaie.
 Matériel Les planches sont en matériaux composites, en plastique, en mousse ou même gonflables. Les planches sont longues et larges pour donner une grande stabilité. La pagaie est simple mesurant de 1,5 m à 2 m. Elle permet d’accrocher les vagues tout en restant debout. 
 Modalités de pratique : Pour l’initiation, la balade, la randonnée ou le Fitness les planches sont longues et larges afin d’avoir un maximum de confort et de stabilité.

La course en ligne

Les origines de la Course en Ligne remontent au XIXème siècle. Les premières compétitions eurent lieu au Canada dans des canoës à multiples pagayeurs.
Le but en compétition de Course en Ligne est de franchir la ligne d’ arrivée avant les autres. La zone de compétition est un plan d’eau calme avec 9 couloirs balisés (9 adversaires en confrontation directe). L’ accession à la finale se fait après passage par des éliminatoires.
Les courses sont nombreuses en raison du grand nombre de catégories de courses :
  • Hommes et dames,
  • Cadets, juniors, seniors et vétérans,
  • 200 mètres, 500 mètres, 1 000 mètres en vitesse et 5 000 mètres pour le fond,
  • Kayak monoplace (K1), kayak biplace (K2), kayak quatre places (K4), canoë monoplace (C1), canoë biplace (C2) et canoë quatre places (C4).
Les compétitions :
La vitesse : seules distances olympique :
  • Le 200 m et le 1000 m pour les hommes.
  • Le 200 m et le 500 m pour les femmes.
Le fond :
  • Les compétiteurs partent tous sur la même ligne de départ pour un parcours de 5000 mètres composé de trois virages.
La Course en Ligne se pratique aussi sur le mode du loisir, par des pagayeurs (parfois solitaires) que la glisse d’un bateau fin sur un grand plan d’eau calme attire. Bien sûr, les bateaux peuvent alors être un peu plus larges pour diminuer les problèmes de stabilité.
Les embarcations :
  • Les bateaux sont dotés d’une coque en V, profilée et extrêmement instable afin d’optimiser la glisse. Les kayaks comportent un gouvernail ; en canoë la direction s’effectue à la pagaie.
(Image FFCK JM Hervio)